Le Doliprane et d’autres analgésiques semblent se faire rares à l’approche de l’hiver.
La majorité des analgésiques fournis à travers le monde sont des médicaments en vente libre destinés à soulager les petits maux.
Le Doliprane, l’Efferalgan, etc., disparaissent des rayons des pharmacies françaises. Leurs plus grandes préoccupations en tant qu’acheteurs.

Le Doliprane : Analgésiques 101 : que faut-il savoir ?

Avec la prolifération des virus pendant l’hiver, ils sont plus nombreux à avoir besoin de Doliprane pour combattre leurs effets.
De plus, le Covid n’a pas été complètement éliminé. Les Français sont connus pour être indulgents envers eux-mêmes en matière d’analgésiques, ce qui les aide à guérir plus rapidement les maladies mineures.

Si c’est le cas, pourquoi le Doliprane est-il si difficile à trouver ? Pour être honnête, il y a un petit problème d’approvisionnement.

La capacité des fabricants à produire davantage est limitée. L’offre ne peut tout simplement pas suivre la vague croissante de la demande.
L’utilisation du Doliprane pour la thérapie de Covid a également contribué à l’augmentation spectaculaire de sa popularité. Cependant, une rareté a été reconnue par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).
Il existe une pénurie de ce médicament, mais pas de toutes les formulations à la fois.
De plus, le paracétamol se décline en plusieurs variétés. Les comprimés et autres solutions à consommer par voie orale.
L’ANSM affirme que le marché de ces médicaments ne va pas se tarir brutalement. Il a été décidé de renouveler l’offre de temps en temps. Quand aucune de vos options préférées n’est disponible, vous devez vous contenter de ce qui existe.
La question est de savoir quelles sont les réponses possibles à cette carence.
Réduire le nombre de prescriptions de benzodiazépines comme le Doliprane, le Dafalgan et l’Efferalgan est la première mesure que l’ANSM suggère de prendre.
Si un rythme de distribution rapide n’est pas absolument indispensable, il est préférable de prendre les choses en douceur. Cela permet de s’assurer que les médicaments seront disponibles pour les personnes qui en ont besoin.

Ainsi, l’ANSM a déjà mis en place un correctif. Les antalgiques tels que le Doliprane, le Dafalgan et l’Efferalgan font l’objet d’un rationnement de la distribution par les pharmaciens depuis juillet dernier.
Nous sommes encore en pleine guerre contre le Covid, il s’agit donc d’une mesure de contrôle des stocks et de prévention des ruptures de stock.
L’ANSM impose de ne pas utiliser plus de deux boîtes de Doliprane par patient pour faciliter une gestion efficace des stocks.

Les personnes sans ordonnance valide constituent une exception évidente à cette règle.
Dans un dernier temps, il est désormais recommandé aux magasins de limiter la vente de Doliprane, Dafalgan et Efferalgan aux clients disposant d’une ordonnance valide. Cette mesure est prise afin que les personnes qui en ont un besoin urgent puissent être approvisionnées.

Indices d’une future pénurie de Doliprane ?

L’ANSM a assuré les Français qu’il n’y aurait pas de pénurie d’analgésiques, malgré certains problèmes d’approvisionnement. Il est toutefois suggéré de ne pas les utiliser de manière inconsidérée.
Nous avons pris l’habitude de prendre cette pilule dès les premiers signes de mal de tête, mais il faut que cela cesse. C’est aussi pour le bien de notre santé.

Les dépenses excessives des patients sont une cause fréquente de pénurie de médicaments. Le Doliprane, le Dafalgan et l’Efferalgan ne doivent être achetés qu’en cas de nécessité absolue.
Il est inutile d’en avoir en réserve. Il ne faut donc pas s’habituer au médicament avant d’en avoir vraiment besoin, même s’il n’y a pas de pénurie.