La meilleure eau, qu’elle provienne du robinet, d’une bouteille ou d’un filtre, a été révélée par UFC-Que Choisir.

113-la-meilleure-eau-quelle-provienne-du-robinet-dune-bouteille-ou-dun-filtre-a-ete-revelee-par-ufc-que-choisir

C’est quoi, de l’eau du robinet ? De l’eau en bouteille plastique ? De l’eau en carafe avec un filtre ? Des éléments contradictoires existent à leur sujet. Comment se décider ? Lequel dois-je choisir ?
D’où voulez-vous que votre eau provienne, du robinet ou d’une bouteille ? Les mannequins qui sirotent une certaine marque d’eau apparaissent constamment sur les couvertures des magazines. Les athlètes qui vont avec cette autre équipe… L’eau minceur, comme son nom l’indique… Ou de l’eau qui remonte le moral, pour prendre un autre exemple. Des bouteilles de toutes tailles et de toutes couleurs à jeter dans vos bagages. Mais la question demeure : s’agit-il simplement de publicité ? Il n’y a aucune raison impérieuse de préférer l’eau en bouteille à l’eau du robinet ou même à l’eau filtrée.

En France, pour accéder à l’eau potable, il suffit d’ouvrir un robinet. L’eau qui sort de nos robinets a une charge microbienne très faible. Mais en 2020, un tiers des Français préféraient encore l’eau en bouteille à l’eau du robinet. Que faire alors ? Quand et pourquoi faut-il consommer certaines eaux ?

S’hydrater avec l’eau du robinet locale

On pense souvent, à tort, que l’eau en bouteille est l’option la plus sûre, mais ce n’est pas le cas. Cependant, en France, l’eau du robinet a été traitée et stérilisée. Elle est régulièrement soumise à des contrôles rigoureux et respecte des règles d’hygiène strictes. Grâce à ces garanties, nous pouvons la consommer quotidiennement, en quantité adaptée à nos besoins, en toute sécurité et pour le restant de nos jours.

Les deux tiers de l’eau potable dans le monde proviennent d’aquifères souterrains (eaux souterraines), l’autre tiers provenant de lacs, de rivières et d’autres sources de surface (rivières, lacs, barrages). Au départ, la neige et la pluie alimentent les eaux souterraines et les rivières par ruissellement et infiltration.

Une fois l’eau captée, elle est envoyée dans une installation de traitement pour être purifiée et rendue propre à la consommation humaine. L’efficacité de toute option de traitement est déterminée par la qualité de la source d’eau. Un simple traitement physique (filtre et décantation) et une désinfection sont généralement suffisants pour les eaux souterraines.

La désinfection comme dernière étape

Un niveau plus élevé de traitement physique et chimique est nécessaire pour les eaux de surface. Un traitement supplémentaire par ozonation, charbon actif et/ou filtration est souvent utilisé pour éliminer les restes de matière organique dissoute et les micropolluants (pesticides, etc.).

Dans tout processus de traitement, la désinfection est toujours la dernière étape. Le chlore est souvent utilisé pour désinfecter l’eau avant qu’elle ne soit stockée dans des réservoirs ou acheminée vers les habitations et les entreprises, en raison de son action désinfectante de longue durée.

Il existe 54 paramètres distincts qui font l’objet d’un examen et d’un suivi permanents. Ces contrôles sont supervisés par les services santé et environnement des agences régionales de santé de l’ARS.

Les années 1990 ont vu l’élimination des nitrates et des pesticides.

Les choses ont changé depuis les années 1990, lorsque Que Choisir lançait des avertissements sévères sur la dégradation de la qualité de l’eau du robinet. Les inquiétudes concernant les nitrates et les pesticides qui se sont manifestées au début des années 1990 sont, heureusement, devenues sans objet.

Depuis lors, le nombre d’installations de traitement a augmenté, et les captages d’eau qui ont été contaminés par des nitrates et/ou des pesticides sont souvent mis hors service. La contamination des eaux municipales par les nitrates est rare, mais elle persiste dans les rivières et les eaux souterraines.

En ce qui concerne le plomb, quel est le problème de l’approvisionnement en eau ?

Le problème a été identifié pour la première fois par Que Choisir en 1999, mais de nouvelles règles ont été mises en œuvre depuis. Les branchements publics en plomb ont été remplacés, et le seuil légal de plomb dans l’eau potable a été abaissé de 50 à 25 g/l (microgrammes par litre). En conséquence, le seuil légal pour le plomb a été réduit une fois de plus le 25 décembre 2013. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fixé le niveau recommandé à 10 g/l. Encore maintenant, cette problématique peut être présente dans certaines structures anciennes.
Si vous n’êtes jamais sûr, il suffit de ne pas boire le premier verre d’eau qui sort du robinet le matin. L’eau peut accumuler du plomb dans les tuyaux pendant qu’elle reste inutilisée. Par conséquent, avant la première utilisation de la journée, laissez couler l’eau pendant un petit moment. Boire l’eau du robinet est sûr et de haute qualité, sauf dans de rares cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page