Avez-vous l’intention d’utiliser cette prime de Noël de 500 euros ? Alors, faisons un rapide inventaire

117-avez-vous-lintention-dutiliser-cette-prime-de-noel-de-500-euros-alors-faisons-un-rapide-inventaire

Fin 2022, l’inflation pourrait remettre en cause la valeur de la prime de Noël mise en place depuis le début de la décennie. Que faut-il prévoir exactement ?
Un certain nombre de syndicats ont milité ces dernières semaines pour une augmentation de la fameuse aide financière annuelle des Caisses d’Allocations Familiales. Les bénéficiaires de la prime de Noël seraient agréablement surpris par cette augmentation. En effet, le montant de la prime de Noël est le même depuis de nombreuses années. Peut-on espérer une nouvelle orientation ? Vous trouverez des explications ci-dessous.

Une aide financière envoyée aux familles aux revenus les plus faibles
Chaque année, les bénéficiaires des minima sociaux reçoivent une prime de Noël. Pour un montant de près de 2,30 milliards, plus de 2,3 millions de Français bénéficieront de cette aide en 2022. De nombreuses familles auront largement recours à cette aide en cette période de détresse. Elle est financée par la Caisse d’Allocations Familiales et accordée aux seules familles à faibles revenus. Pour avoir droit à la prime de vacances, il faut être bénéficiaire soit du Revenu de Solidarité Active, soit de l’Allocation de Solidarité Spécifique, soit de l’Allocation Transitoire de Solidarité.
Le gouvernement n’a pas encore précisé quand la prime de fin d’année sera versée. Cependant, l’état actuel de l’économie rend le renouvellement de cette loi tout à fait plausible. En effet, l’inflation ronge le pouvoir d’achat des Français depuis un certain temps déjà. L’augmentation du coût de la vie contribue largement à la montée de l’insécurité économique.
La prime de Noël pour un particulier est fixée à 152,45 euros depuis 2009. Cependant, ces citoyens français souhaitent désormais une allocation plus importante des fonds publics. La CGT et la CFDT sont deux des syndicats qui se rallient à cette cause.
Les syndicats font pression pour une augmentation de la prime de Noël.
La CGT propose de porter la prime de Noël à 500 euros et de la rendre accessible à tous les chômeurs. Cette revendication a été récemment précisée par Pierre Garnodier, secrétaire général du Comité national des chômeurs et précaires. Pour étayer ses propos, il a rappelé que cette fameuse prime est une « réaction partielle à la mobilisation des chômeurs en 1997-1998 » qui ont demandé un treizième mois au même titre que les salariés.
Pierre Garnodier a également fait pression pour que ce type de financement soit étendu. Un chômeur qui ne touche pas le RSA n’est pas éligible à la prime de Noël de la CAF, que le syndicaliste critique vivement.
Le minimum social pour une personne seule en 2021 était de 152,45 euros, la prime de Noël a donc atteint cette année-là ce montant. Elle s’élevait à 228,67 euros pour un couple sans enfant ou un parent isolé avec un enfant. Elle s’élevait à 274,41 euros, ce qui est suffisant pour un parent isolé avec deux enfants ou un couple avec un enfant. Les versements ont été revus à la hausse en fonction de la taille de la famille. Il en résulte une prime de Noël de 442,10 euros pour une famille de quatre personnes. Des frais de 60,98 euros sont prévus pour chaque invité supplémentaire.
Les syndicats attendent une augmentation de la prime de Noël car l’inflation continue de ronger le pouvoir d’achat des Français. Il faudra attendre encore un peu pour savoir si leurs revendications ont été entendues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page