Marquant cinq ans depuis la mort de Johnny Halliday, Jean-Claude Camus a présenté dans les derniers instants de la musique rock, des secrets qui pourraient blesser David Halliday, à qui il ne pouvait pas dire au revoir.

Il était présent à Marne-la-Coquette, l’après-midi du 5 décembre, avant la mort de Taulier, son fils unique ne pouvant entrer et dire au revoir à son brillant père.
Un épisode envoûtant qu’il a soulevé dans Sept à Huit, l’émission hebdomadaire TF1.
Le mari d’Alexandra Pastor a dit : « J’ai passé la journée à attendre d’arriver à son bureau, où il a été admis à l’hôpital. » Il était sur le point de pleurer. Et je n’en suis pas capable. »
Le chanteur de 55 ans est convaincu que les instructions ont été données. Laeticia Hallyday sera la cible.

Jean-Claude Camus a eu l’occasion de dire au revoir au rockeur, un moment qu’il évoque sur le plateau de Chez Jordan. Ses secrets pourraient blesser David Halliday.
« Je l’ai vu dans son bureau, qui s’est transformé en chambre d’hôpital, » dit-il. Il était vraiment très faible. Ce n’était pas correct du tout. Je plaisantais un peu comme ça et puis nous avons dîné. Finalement, Leticia m’a dit : « Va au revoir à Johnny, il sera heureux. » Je vais le voir et je me souviens encore plaisanter et je lui ai dit : ‘Il me semble que tu as perdu du poids, tu dois être un peu actif parce que tu as les sons de l’album à finir’.

La réponse de Johnny Hallyday l’a surpris.
Le produit rappelait : « Il m’a regardé, a pointé le doigt et a dit, » Vous avez une tache! « Je portais un veston blanc et j’avais une petite tache. « Voici les derniers mots qu’il a dit quand je l’ai laissé. » Je savais au moment où je suis parti samedi soir, même si Laeticia a dit qu’ils avaient commencé un nouveau traitement, j’étais sûr de ne jamais le revoir.