Le projet Warka montre comment fournir de l’eau potable et une énergie fiable en utilisant uniquement des filets et du bambou.

20-le-projet-warka-montre-comment-fournir-de-leau-potable-et-une-energie-fiable-en-utilisant-uniquement-des-filets-et-du-bambou

Le concepteur du projet prévoit que deux villages de pygmées au Cameroun sont déjà entièrement équipés de maisons Warka, permettant aux villageois de mener une vie totalement indépendante.
Nous avons parlé des eaux Warka, qui sont recueillies à partir de l’humidité de l’air au moyen de tours de bambou entre lesquelles sont tendus des filets, dans un article précédent.
Arturo Vittori, un designer italien, a eu cette idée incroyable afin de fournir une source fiable d’eau potable aux endroits sans accès à l’eau.
L’objectif du designer n’est pas seulement d’approvisionner le hameau en eau potable, mais aussi d’établir un nouvel écosystème qui permettra aux habitants de cultiver leur propre nourriture, de produire de l’électricité pour leur usage quotidien, etc.

En d’autres termes, les maisons Warka leur permettront de mener une vie plus ou moins normale. Cette maison serait à la fois avant-gardiste et respectueuse des coutumes autochtones en matière de bambou.
Découvrez le projet fantastique de Vittori et l’organisation qu’il a créée pour le mener à bien. Au Cameroun, le travail sur le projet a déjà commencé. Découvrez plus d’informations !
La résidence Warka est un mystère.
La maison Warka ne comporte que deux pièces – un salon et une chambre – et peut donc être considérée comme une petite maison, une hutte ou une cabane.
Pour des raisons évidentes, la ville n’est pas reliée aux réseaux ; à la place, le système septique est installé séparément des maisons, et le bétail est logé au milieu des colonies.
Les tours de bambou confèrent à cette maison sa capacité unique à fonctionner de manière indépendante et sans connexion au réseau électrique.
Le Cameroun, dans la forêt tropicale du bassin du Congo, abrite deux maisons de ce type : la version 01 dans un hameau de la communauté pygmée de Mvoumagomi, et la version 02 dans le village des Pygmées de Bibambi II.
Dans la maison Warka, on cuisine
Les Italiens ont imaginé une cuisine communautaire à Warka où les habitants pourraient non seulement préparer leur propre nourriture mais aussi s’asseoir pour dîner avec leurs voisins.
Les Pygmées cuisinent souvent à même le sol, c’est pourquoi la cuisine de Warka comporterait des plans de travail élevés afin de protéger les personnes et de maintenir le plus haut niveau d’hygiène.
Et un endroit sec pour éviter les averses. Un lieu de socialisation et un moyen d’assurer la disponibilité de repas nutritifs.
Un exemple : La Warka solaire
Ce système est modulaire, il peut donc être adapté à vos besoins précis et à votre budget.
Il peut fournir de l’énergie aux communautés, ce qui permet aux gens de se livrer à des activités nocturnes, de recharger leurs appareils mobiles et peut-être même d’installer des réfrigérateurs pour conserver les denrées périssables.
L’entreprise brésilienne Sunew a proposé d’utiliser une feuille mince, flexible et transparente pour produire de l’énergie pour la tour Warka.
Voici le jardin Warka.
Ce jardin de Warka est l’une des œuvres les plus étonnantes du designer. À la base de chaque tour, il prévoit de créer un jardin.
Ceux-ci seraient arrosés organiquement par les tours avec de l’eau propre, permettant aux résidents de consommer et de vendre des légumes.
Ou alors, comment fournir à ces communautés périphériques de la nourriture et un moyen de subsistance ? Tous ceux qui apprécient la valeur esthétique de ce projet sont encouragés à apporter une contribution financière via le site Web du groupe.
Nous espérons vraiment que ce projet se concrétisera, car il est si beau et il a besoin de 300 000 dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page