L’âge de la retraite est l’une des cibles des révisions proposées. On oublie parfois de choisir la bonne résidence de retraite.
Le 9 mars 2022, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a publié une déclaration. S’exprimant publiquement, il a réaffirmé la décision de porter progressivement l’âge de la retraite à 65 ans.
Dans son message électoral aux Français, Emmanuel Macron a exprimé son espoir de les voir travailler davantage. L’un des changements les plus importants qu’il propose est de retarder le départ à la retraite jusqu’à l’âge de 65 ans.

Il est évident que nous devrons consacrer plus de temps au travail puisque le Président de la République a également déclaré qu’il y avait un problème de finances aujourd’hui.

Malgré cela, de nombreuses personnes pourront prendre leur retraite plus tôt qu’elles ne l’auraient fait autrement. Oui, nous avons pu le faire avec l’aide des chambres oubliées. Découvrez les tenants et les aboutissants ici même !

Changement du système de retraite

Le président de la République, Emmanuel Macron, a fait une déclaration appelant à une réforme du système en difficulté à la fin du mois de septembre. La controverse est largement reconnue.

Le Conseil d’Orientation des Retraites a fait l’annonce il y a quelques jours que notre système était en déficit. Je dis aux Français la vérité vraie, et je la dis avec une clarté absolue. Et ceci avant d’entrer dans les détails : Nous ne pouvons le payer qu’en travaillant plus et en créant plus d’argent.

Le 14 septembre, le porte-parole du gouvernement, Olivier Verran, a déclaré que l’administration explorait toutes les options.

Cela est nécessaire pour promulguer la réforme des retraites, qui fait partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023.

Un large dialogue avec l’ensemble de la société civile et des partenaires sociaux n’est pas exclu par cette possibilité, affirme-t-il.

Un vote sur la retraite au sein de la législature ?

L’âge d’ouverture des droits à la retraite pourrait être relevé dans les prochains mois. Les débats sur la réforme des retraites ont occupé une place importante dans le paysage politique ces derniers temps.

Selon les médias, le gouvernement français a dévoilé un nouveau plan et passe à la vitesse supérieure pour le mettre en œuvre.

Planet rapporte que le Premier ministre Elisabeth Borne a rencontré les chefs des principaux groupes parlementaires le jeudi 13 octobre.

Nos amis républicains auraient été les premiers à être reçus.

Cela s’est fait en présence du Premier ministre Manuel Valls et des ministres Olivier Dussopt du Travail et Franck Riester des Affaires parlementaires.

Le sujet de discussion à Matignon semblait être les prochaines étapes de l’agenda des réformes.

Elisabeth Borne reçoit les ténors de l’opposition.

Le même jour, l’administration entend Aurore Bergé, chef du parti majoritaire Renaissance. Et ce, en plus de ses collègues d’Horizons et du MoDem.

L’activité est intense à l’Assemblée nationale. Vendredi 14 octobre 2022, la députée Insoumise Mathilde Panot s’est présentée. Marine Le Pen est venue ensuite.

Chacun a reçu une invitation à prendre part à ces discussions. Nos amis de Ouest-France nous indiquent que le Parti socialiste aura l’occasion d’exprimer son point de vue lundi.

Il est important de souligner que la majorité des organisations d’opposition sont opposées au changement proposé par le Président de la République. Ainsi, il sera indispensable d’attendre quelques mois avant d’obtenir une réponse définitive.

Selon toute vraisemblance, l’âge de la retraite sera porté à 65 ans d’ici 2023. Cependant, il existe des moyens de vérifier les périodes supplémentaires.
Il existe cependant des moyens de vérifier les trimestres supplémentaires, ce qui permet de prendre une retraite anticipée sans ajouter d’heures supplémentaires à son horaire de travail.