Pire encore, le seul endroit où l’on peut aller aux toilettes est une installation publique dégoûtante. Vous pouvez essayer de vous contrôler, mais c’est risqué. Sinon, vous faites probablement ce que la grande majorité des gens font, c’est-à-dire entourer la cuvette d’une épaisse pelote de papier toilette. En théorie, c’est tout à fait logique, car vous éviterez ainsi à vos fesses tout désagrément potentiel. Cependant, j’ai le regret de vous informer qu’il s’agit en fait d’un mauvais plan. Cet article explique pourquoi vous ne devez jamais, jamais, JAMAIS, mettre de papier toilette dans des toilettes publiques. Jetez-y un coup d’œil : Résumé Les germes ont plus de chances de se propager sur le papier. Vous recouvrez la cuvette sale d’une feuille de papier et vous le faites avec précaution. En plus, ça a parfaitement fonctionné ! La zone autour de vos parties intimes est sûre. La première impression est celle du confort, et c’est vrai. Surtout s’il n’y a pas de siège et que vos fesses doivent reposer directement sur la cuvette. Beurk ! Vous pensez donc que vous serez à l’abri des germes si vous recouvrez la cuvette de plusieurs couches de papier ? Mais c’est le contraire qui est vrai ; en agissant ainsi, vous augmentez la probabilité de contracter et de transmettre des germes. Je vais vous expliquer pourquoi : En d’autres termes, le papier ne tient pas les germes à distance.
Il est important de noter que l’utilisation du papier toilette ne remplace pas une bonne hygiène des mains. Il est parfait pour que les bactéries y adhèrent, car il est plat et fin. En outre, les germes et les virus sont si petits qu’ils se glissent facilement à travers le papier. Même les sièges de toilettes en papier disponibles dans certaines toilettes publiques ne sont pas sûrs à utiliser. L’ajout d’une feuille de papier favorise en fait la propagation des bactéries en augmentant la surface exposée. Cela signifie que les toilettes deviennent encore moins hygiéniques. Cela est particulièrement vrai si la chasse d’eau a laissé de petites particules d’excréments sur le papier toilette. Vraiment ? La chasse d’eau est le véritable danger ! Lorsque vous tirez la chasse, des déchets sont laissés sur le papier toilette. En effet, chaque fois qu’une chasse d’eau est actionnée, des centaines de petites gouttes d’eau sont libérées dans l’atmosphère. Et comme vous l’avez peut-être deviné, il y a plus que de l’eau dans ces gouttes de rosée… Ces particules microscopiques sont chargées de choses désagréables, notamment des agents pathogènes et des matières fécales.
Les microsprays n’ont d’autre choix que de se déposer sur le sol, les murs et même le rouleau de papier toilette lorsqu’ils sont utilisés à proximité d’une source d’eau. C’est pourquoi il est essentiel de toujours couvrir la cuvette des toilettes avant de tirer la chasse d’eau. C’est pourquoi certaines toilettes publiques sont équipées d’un couvercle métallique au-dessus du papier hygiénique. Vous avez touché le gros lot si les toilettes que vous utilisez possèdent cette caractéristique. En effet, il garantit que le papier n’abritera aucune bactérie. Et les bactéries qui se développent à l’intérieur de la cuvette ? En d’autres termes, c’est tout le contraire du papier toilette : Les germes ont beaucoup plus de mal à s’installer et à se propager sur la cuvette. La forme et la finition de la cuvette sont conçues pour limiter la propagation des bactéries. En effet, contrairement à la croyance populaire, les toilettes ne sont pas aussi sales qu’on pourrait le croire. Comment le savons-nous ? Écoutons d’abord les responsables de la santé. Savez-vous ce qui se passe si vous vous asseyez sur les toilettes avec vos fesses ? Si vous cessez d’enrouler le papier autour du rebord de la cuvette, que se passe-t-il exactement ? Quelle importance si vous posez vos fesses nues sur quelque chose qui peut être couvert de toutes sortes de saletés ? Les spécialistes de la santé publique affirment qu’il n’y a probablement pas lieu de s’inquiéter.
Il est très peu probable que le contact avec le siège ou la cuvette des toilettes entraîne la propagation d’une maladie. Mais qu’est-ce qui est encore moins probable ? Le développement d’une maladie ou d’une infection. Le Dr William Schaffner, professeur de médecine préventive, a étudié cette question. Dans le cadre de ses recherches, il introduit régulièrement des germes et des bactéries dans les installations des toilettes publiques. Son verdict est sans ambiguïté : le siège des toilettes n’est pas une source de maladies sexuellement transmissibles ou de maux d’estomac, contrairement à la croyance populaire.