Si Charlène de Monaco est supposée avoir été brisée par l’infidélité de son mari, le prince Albert, ce fut aussi le cas de sa regrettée belle-mère, la regrettée princesse Grace. Une biographe se livre à ce sujet.

L’an dernier, le magazine « Paris Match » évoquait l’accusation portée à l’encontre du prince Albert par une Brésilienne, résidente en Italie, « pour lui faire reconnaitre la paternité d’une adolescente de 16 ans l’auraient fragilisée ».

Cette poursuite aurait fait beaucoup de mal à Charlène de Monaco.
« Sa dernière transformation capillaire, mèche longue d’un côté, crâne rasé de l’autre, serait selon certains, le geste furieux d’une femme blessée ».
La belle-mère du prince Albert de Monaco, la regrettée princesse Grace, aurait aussi été victime d’infidélité. Son mari ne s’en cachait pas.

« Rainier (…) acceptait volontiers les invitations ; il y avait des filles, de la musique, il s’amusait », a fait savoir Sophie Adriansen, auteure de « Une Américaine à Monaco ».

«Pendant ce temps, sa femme, reste?e au palais, s’ennuyait. Le prince ne prenait plus la peine de cacher ses infide?lite?s. Bien que Grace eu?t affirme? a? ses amies qu’elle se de?vouait a? ses enfants et a? ses sujets, et que Rainier pouvait bien faire ce qu’il voulait, elle e?tait blesse?e chaque fois qu’on e?voquait devant elle une nouvelle mai?tresse ».