Si Charlène de Monaco a été brisée par la vieille garde du Palais, celle qui l’a précédée au poste de première dame, la regrettée princesse Grace a aussi essuyé quelques critiques. Mais elle a réussi à y faire face.

« Quelques-uns se sont montrés hostiles à mon égard, rejetant ainsi le choix du souverain. Cela l’a atteint et blessé autant que moi-même », avait dénoncé Charlène de Monaco, en évoquant son entrée dans la famille princière de Monaco, et l’accueil glacial qu’elle a reçu de certains. Elle ne livre aucun nom.

«Dans cette épreuve, nous avons tous les deux souffert », disait-elle.

Grace de Monaco a aussi été mal accueillie, a révélé sa biographe Sophie Adriansen, auteure de « Une Américaine à Monaco ».

La mère de Caroline de Monaco avait « opte? pour la strate?gie du fond, passant en revue les dossiers avec le plus grand se?rieux. Elle ne s’e?tait attire?e que de la me?fiance : les employe?s, habitue?s a? ce que l’on commenc?a?t les re?unions en prenant des nouvelles de chacun, l’avaient juge?e hautaine et froide ».

Et elle n’a finalement réussi à trouver sa place qu’au bout de plusieurs années. Elle n’avait pas le choix.

« Mon mari e?tait de?termine? a? faire de moi une vraie princesse, soulignerait Grace, et il m’a montre? le chemin avec
beaucoup de patience et de compre?hension », se réjouissait-elle.
Charlène de Monaco n’aurait pas eu cette patience.