Les technologies telles que les smartphones, les téléviseurs, les tablettes, les ordinateurs et les consoles de jeux…. De nos jours, il est impossible d’éviter un écran. Ont-ils un effet sur la façon dont les enfants grandissent et dont les familles interagissent ? Pourquoi les parents devraient-ils examiner leurs propres habitudes en matière de temps passé devant un écran ? Des conseils et des idées utiles à prendre en compte.
Le temps d’écran et votre enfant

Nathalie Vallerand

Bien que les jeunes enfants apprécient le temps passé devant un écran, il faut l’utiliser avec parcimonie pour en tirer les bénéfices et limiter les effets négatifs. Il est donc essentiel d’établir des règles et d’apprendre à votre enfant à les utiliser correctement dès son plus jeune âge.

Une étude canadienne a révélé qu’à l’âge de 3 ans, les enfants passent en moyenne 3,6 heures par jour devant un écran, contre 2,4 heures en moyenne à 2 ans. Pourquoi ne le seraient-ils pas ? Le temps passé devant un écran est divertissant, et de nombreux parents apprécient sa polyvalence. Cependant, la socialisation et un large éventail d’activités (puzzles, pâte à modeler, bricolage, culbutes, lancer un ballon, lecture de livres) sont essentiels à la croissance et au développement sain de l’enfant. Il ne faut donc pas qu’il consacre trop de temps aux écrans.

Certains enfants n’ont pas eu autant de temps pour courir, sauter, lancer, dessiner ou découper avant d’aller à l’école, et cela se voit “, affirme Cathy Tétreault, fondatrice du centre Cyber-aide. Certains individus sont antipathiques parce qu’ils ont passé trop de temps devant un ordinateur et pas assez de temps à interagir avec de vraies personnes.”

Pour s’épanouir, les enfants ont besoin de possibilités de socialisation, d’activité physique, d’écoute de récits et de jeux non structurés.

En outre, les enfants qui passent beaucoup de temps devant la télévision ou l’iPad ne bougent pas assez, ce qui pourrait contribuer à l’obésité à long terme. Selon une étude, les enfants qui passent trop de temps devant les écrans seraient plus susceptibles de souffrir de surpoids.

Le docteur Stacey Bélanger, pédiatre au CHU Sainte-Justine et membre du groupe de travail sur la santé numérique de la Société canadienne de pédiatrie, affirme que “l’écoute prolongée de la télévision est associée à des capacités cognitives moindres”, notamment en termes de mémoire à court terme, de langage et d’apprentissage de la lecture et des mathématiques.

La capacité d’autorégulation de votre enfant, y compris ses émotions et ses comportements, ainsi que son sommeil, peuvent être affectés négativement par le temps passé devant un écran. En fait, les recherches suggèrent qu’éviter l’utilisation des écrans pendant au moins une heure avant le coucher pourrait améliorer la qualité du sommeil.

Les parents de Charlotte tentent de limiter le temps d’écran de leur fille, maintenant qu’elle a 16 mois. Selon la Société canadienne de pédiatrie, les enfants ne devraient pas être exposés aux écrans avant l’âge de 2 ans, sauf lorsqu’ils utilisent une application vidéo pour parler avec des membres de la famille proche. Notre position sur les écrans est neutre”, a déclaré le papa de Charlotte, Kevin Galarneau. Dans quelques mois, nous voulons exposer notre enfant à des jeux instructifs sur tablette. Mais pour l’instant, elle a beaucoup à apprendre sur son environnement.”

Après l’âge de 2 ans, les médecins canadiens conseillent de limiter l’utilisation quotidienne des écrans par un enfant à une heure par appareil (smartphone, tablette, télévision, ordinateur ou console de jeu).

Aspects positifs des écrans numériques
Ce n’est pas que les écrans soient toujours mauvais. En plus d’être divertissants, ils peuvent favoriser le développement de votre enfant en l’aidant à retenir des informations. Rafael, 4 ans, aime regarder des dessins animés avec son père, lusophone, car la langue lui est familière. Sa mère, Andrée-Anne Lalancette, dit à ce propos : “C’est une méthode pour qu’il entende davantage de portugais.”

Les émissions de télévision qui véhiculent de bons messages et dont le contenu est approprié peuvent aider les jeunes dès l’âge de 2 ans à développer des compétences linguistiques et des traits de caractère souhaitables comme la tolérance et l’acceptation “”Dr Stacey Belanger””. Ils peuvent également bénéficier de l’utilisation d’applications interactives d’apprentissage de la lecture pour accroître leur conscience phonémique et leur vocabulaire.”

Il est possible de trouver une valeur pédagogique dans les jeux vidéo, à condition qu’ils soient soigneusement sélectionnés et adaptés à la tranche d’âge du public cible. Par exemple, ils peuvent contribuer au développement de capacités cognitives telles que le raisonnement, l’observation et la résolution de problèmes.

D’autre part, la présence d’un adulte pendant le temps d’écran est bénéfique à l’éducation des enfants. Par conséquent, vous devez surveiller de près votre enfant lorsqu’il utilise une tablette ou regarde la télévision. Discuter de sa progression dans un niveau ou de ce qu’il voit à l’écran peut l’aider à s’investir davantage dans le jeu.

Enfin, n’oubliez pas qu’il est encore difficile pour votre enfant d’appliquer ce qu’il a appris sur un ordinateur à des situations réelles. Le Dr Stacey Belanger soutient que les jeunes enfants bénéficient grandement d’un apprentissage en trois dimensions, par le biais d’un lien direct avec leurs parents et leurs soignants.