Après avoir vaincu la maladie une première fois, Jean-Pierre Pernaut doit de nouveau y faire face.

Cela fait un an que le présentateur du 13h sur TF1 depuis une trentaine d’années a fait ses adieux à son public. S’il a quitté le petit écran, il est cependant toujours bien présent dans la maison et continue de travailler sur d’autres projets. Du moins tant que sa santé le lui permet. Et ces derniers temps, c’est plutôt compliqué de ce côté pour le pape du JT.

Jean-Pierre Pernaut fait de nouveau face à la maladie. Suite à ses problèmes de santé, il a discrètement été opéré au mois de juillet dernier. S’il n’est pas complètement rétabli, il a confié se battre pour. Sachant que « le moral intervient pour 40% de la guérison », il reste optimiste bien que le traitement par radiothérapie ne soit pas simple à supporter.

« Je ne peux ni marcher longtemps ni rester longtemps debout », a confié Jean-Pierre Pernaut qui a fini par révéler à travers une vidéo sur Twitter souffrir d’un cancer des poumons. Le journaliste, qui tousse de temps en temps, avait déjà fait face à un cancer de la prostate qu’il avait rendu public en 2018.

« Je vais bien. Enfin, je vais comme tous les malades du cancer qui se soignent et qui suivent des traitements un petit peu lourds. J’ai suivi cinq séances de radiothérapie. Ca crève, car les rayons créent une inflammation dans le poumon, ce qui me fait tousser depuis trois mois! J’aurai la réponse de mon traitement actuel à la mi-janvier », a-t-il expliqué.

L’ancien présentateur du JT de TF1 qui continue de travailler assure qu’ »Il n’y a pas de raison de déprimer avant. On verra après ». Une épreuve qu’il traverse avec, à ses côtés, son épouse Nathalie Marquay. L’ancienne reine de beauté, qui a aussi souffert du cancer des années plus tôt, reconnait la délicatesse de la situation.

« Ce n’est pas évident, il faut toujours avoir les reins solides. Il faut remonter le moral de tout le monde donc je n’ai pas le temps de pleurer sur mon sort. J’ai des enfants extraordinaires, Lou et Tom, qui comprennent bien les choses (…) Pour eux ce n’est pas évident… », a déclaré la chroniqueuse.