Si aujourd’hui, tout semble aller pour le mieux entre Sarah Knafo et son candidat, Eric Zemmour, présenté comme son compagnon, les choses pourraient très mal se terminer.

C’est la sombre prédication de Philippe de Villiers, un soutien du candidat reconquête à la présidence de la République.

Cette sombre prédiction de l’ancien président du Mouvement pour la France est ébruitée par le journaliste Étienne Girard, auteur de l’ouvrage « Le radicalisé – Enquête sur Éric Zemmour. ».

Il était question particulièrement de la manière dont Eric Zemmour a ignoré certains de ses premiers soutiens pendant sa première réunion politique l’an dernier.

Le rival de Marine Le Pen ne se serait entretenu qu’avec les personnes que Sarah Knafo, sa conseillère, lui aurait présenté.

« Il n’a pas fait le tour de la salle pour discuter avec ses soutiens, dont certains le rencontrent pour la première fois. Un impair diplomatique sans conséquence quand on est journaliste, plus problématique venant d’un futur candidat à la présidentielle », a indiqué le journaliste.

La distance prise par Philippe de Villiers est soulignée. L’ancien député européen ne supporterait l’emprise exercée par la magistrate à la cour des comptes sur son supposé compagnon. À ses yeux, ce serait un vice rédhibitoire.
« Ils se fascinent l’un l’autre. Ça finira mal », a-t-il lâché.